Techniques d'astronome amateur
Titan en détails

Le socle de SIRIUS

Il s'agit du pied de la monture de SIRIUS, la partie qui repose sur le sol. Sa base est triangulaire, chaque angle s'appuie sur le sol par l'intermédiaire d'une pièce métallique. Au "Sud", c'est une vis qui permet le réglage de l'inclinaison du pied. Aux extrémités "Nord-Est" et "Nord-Ouest", c'est la tête d'une soupape de moteur qui assure le contact avec le sol.

Quand j'installe SIRIUS sur le terrain d'observation, j'interpose un morceau de contreplaqué carré de 10cm de côté et de 15mm d'épaisseur sous chacun de ces trois points d'appui. Ainsi, je peux être certain qu'il n'y aura pas de dérive de la mise en station à cause d'un enfoncement dans le sol.

L'axe horaire de SIRIUS est réalisé à partir d'un essieu arrière de 2CV (la voiture mythique de CITROËN). La boîte à roulements est l'articulation sur cet axe d'un bras de suspension arrière. On surnomme souvent ce dernier "banane" à cause de sa forme évocatrice. Cette articulation est fixée sur la pièce F. Pour cela, j'ai placé 3 douilles filetées sur cette pièce (elles ne sont pas indiquées sur le dessin). Ainsi, la boîte à roulement est maintenue par 3 vis C HC, M6 - 20. Il est donc facile de la démonter.

L'entraînement horaire est du type à secteur lisse. Il a une autonomie 130 minutes. Au bout de cette durée, l'écrou arrive à l'extrémité de la vis (à gauche de la figure du bas) et il doit être ramené en "début de course". Pour cela, il suffit de soulever l'écrou et de le ramener dans la position de départ (côté moteur). C'est donc très rapide. Ce "demi-écrou" est lesté avec une masse en plomb.

Lors du transport du télescope, l'écrou lesté pourrait accidentellement se détacher de la vis et occasionner des dégâts. J'ai conçu un dispositif de retenue de l'écrou pour éviter cela. Il est constitué d'un morceau de cornière en alu qui est fixé sur le lest en plomb et d'un tube en alu de section carré qui vient lui faire obstacle lors de l'arrachement éventuel de l'écrou.

Nous employons cette solution sur presque tous nos télescopes depuis plus 1984. Nous en sommes très satisfaisants.

Remarquez d'autres détails tels que :
    - La butée K contre laquelle s'appuie le secteur en début de course.
    - La poignée de serrage du secteur lisse, elle est flexible.
    - Le ressort de rappel qui assure une tension correcte du clinquant (2 à 3,7kgf suivant la position du secteur).
    - Le dispositif qui permet la lecture du cercle gradué d'ascension droite.
    - Les ouvertures dans les pièces B et C, elles forment des poignées de transport bien utiles.

Un espace vide est disponible sous la pièce A. C'est là que je place le dispositif électronique qui pilote le moteur ainsi que la batterie et son chargeur.

Le socle de Sirius