Techniques d'astronome amateur Dossiers techniques

Réalisation d'un filtre solaire en mylar

L'observation télescopique du Soleil est très dangereuse. Une méthode sûre, efficace et peu onéreuse consiste à disposer un filtre en mylar aluminié à l'entrée de l'instrument. Il évite ainsi toute concentration importante de la lumière. Il s'agit d'une mince pellicule de polyester sur laquelle a été déposée sous vide une couche aluminium. Elle réfléchit la plus grande partie de la lumière reçue. Nous vous recommandons de lire sur ce sujet l'article "Safe solar filters" dans la revue SKY & TELESCOPE, Août 1981.

Lors de la réalisation du filtre il faut bien penser à la sécurité et à l'efficacité.

Sécurité : Avant le montage sur l'optique, vous devez vérifier l'opacité du filtre. Pour cela, mettez-le devant vos yeux et regardez le Soleil à travers (sans optique). Dans ces conditions, l'éclat de notre étoile doit être supportable, vous devez apprécier le disque solaire. Assurez vous que le filtre n'est pas troué ou rayé. Ne dirigez pas l'instrument vers le Soleil avant d'avoir bien fixé le filtre sur son support, il devra pouvoir résister à un fort souffle du vent. N'oubliez pas de mettre un bouchon sur l'objectif du chercheur, cela vous évitera des brûlures et une dégradation de cet accessoire.

Au moment du démontage, ne laissez pas l'instrument dirigé vers le Soleil.

Méfiez-vous des réactions du public qui sera éventuellement à vos côtés. Nous avons déjà vu des spectateurs diriger vers le Soleil un télescope qui n'est pas encore pourvu de son filtre ou bien enlever le bouchon du chercheur pour voir le soleil à travers celui-ci pendant que le propriétaire de l'instrument cherche un accessoire. De plus, il n'est pas rare de voir un spectateur inconscient qui tente d'enlever le filtre pour regarder l'intérieur de l'instrument pendant qu'une autre personne est à l'oculaire.

N'oubliez jamais que l'observation directe du Soleil à travers un instrument optique (même un chercheur) peut entraîner immédiatement et définitivement une cécité ou des lésions graves de l'oeil. Nous n'avons pas droit à l'erreur.

Efficacité : Le mylar que nous utilisons a 13µm d'épaisseur, il est aluminié sur une seule face. Il doit être manipulé avec précautions. Les traces de doigts ne peuvent pas être ôtées de la face aluminié (la plus brillante). Pour le découper, vous devrez utiliser des ciseaux très bien affûtés ou bien une lame de rasoir.

Nous l'avons acheté auprès de la société MICEL, 60 rue Marcel Bonnet, 94230 CACHAN, Tel : 01 46 65 63 63. Il s'agit du CLARYL de 13µm d'épaisseur, il était vendu en rouleau de 50m² pour environ 5,60F le m². Actuellement, ils ne fournissent plus que le CLARYL de 25µm d'épaisseur à 9,77F/m² et le minimum de facturation est 1000F. Notez que ce produit semble n'avoir jamais été destiné à l'usage que nous en faisons.

Ce matériau est conditionné en rouleau de 61cm de large. Quand on l'examine par transparence, on constate que son opacité varie selon la distance au bord. Au centre sa densité optique vaut environ 3. Vous pourrez choisir la surface à utiliser en fonction de la densité souhaitée. Un filtre solaire pour l'observation visuelle doit avoir une densité comprise entre 5 et 6. Les filtres que nous fabriquons sont donc composés de deux épaisseurs de mylar.

Nous montons ces deux films sur un support amovible qui sera fixé sur l'instrument pendant l'observation. Ils sont disposés avec les faces aluminiées en vis à vis. Ainsi, on ne risque pas de détériorer accidentellement cette aluminiure en la touchant avec les doigts.

Les deux surfaces de mylar doivent être tendues sans excès. Des légères ondulations sont tolérables.
Si ces feuilles étaient toutes deux perpendiculaires à l'axe optique de l'instrument, elles seraient parallèles et donc la lumière réfléchie par la seconde vers la première serait renvoyée par celle-ci vers l'intérieur de l'instrument. Cette lumière parasite nuirait au contraste de l'image. Pour avoir de bonnes images, il faut donc incliner une feuille sur l'axe optique.

ASTROSOLAR : Nous avons essayé la feuille ASTROSOLAR sur le télescope PEGASE (D=260mm, F/D=4,7). Il s'agit d'une feuille de mylar aluminié vendue spécialement pour constituer un filtre solaire pleine ouverture, nous l'avons achetée à MEDAS. Le résultat est très bon avec une seule feuille, il n'est donc pas nécessaire de combiner deux épaisseurs comme nous l'avons évoqué ci-dessus. Nous avons remarqué que la densité du filtre constitué avec la feuille ASTROSOLAR est très satisfaisante pour les faibles grossissements mais elle est trop forte pour les grossissements moyens à forts (l'image est trop sombre). Elle est aussi trop forte pour les clichés du Soleil à haute résolution car elle exige des temps d'exposition trop longs (plus longs que 1/100ième de seconde).
Toutefois, on m'a indiqué l'existence de feuilles ASTROSOLAR ayant une densité de 3,8. Je ne les ai pas essayées.

Observation solaire - Qualité de protection oculaire : Vous trouverez sur cette page un exposé sur la sécurité des filtres utilisés pour l'observation solaire.

Serge BERTORELLO

Retour à la page d'accueil

© Serge BERTORELLO : Tous les documents présents sur ce site sont protégés par les lois sur les droits d'auteur.
La reproduction et la diffusion de ces documents sont interdites sans le consentement de l'auteur.