Techniques d'astronome amateur
Télescopes en détails

Un télescope de 260mm avec monture à plateau

J'ai taillé l'optique de cet instrument dans du verre Saint Gobain recuit. Il s'agit d'un disque de 57mm d'épaisseur. Je n'ai pas choisi cette épaisseur. En effet, en décembre 1973, j'avais commandé à Pierre Bourge un kit pour réaliser un miroir de 260mm. D'après la documentation de ce fournisseur, j'aurais du recevoir un disque de 40mm d'épaisseur. Ce miroir est donc trop épais. En conséquence, il est parfois long à s'équilibrer thermiquement malgré un tube largement dimensionné (en contre plaqué de 8mm d’épaisseur).

J'ai débuté la taille du miroir le 4 janvier 1974 et j'ai conclu ma dernière retouche en fin du mois de février suivant. La monture était opérationnelle dès la fin du mois de mars.

Le miroir plan de 60mm de petit côté m’a été fourni par les établissements CLAVE car à l’époque je ne savais pas tailler les miroirs plans.

Pour définir ce montage à plateau, je me suis inspiré du livre de Didier GODILLON «Le guide de l’astronome amateur ». Je n’ai constaté que bien plus tard que cette monture ressemble beaucoup à celle du télescope de 800mm de Léon FOUCAULT qui fut le premier grand télescope à miroir en verre. Ce prestigieux instrument est maintenant exposé à l’observatoire de Marseille.

Le plateau de 30mm d’épaisseur a été réalisé à partir de 2 planches de contreplaqué de 15mm collées l’une sur l’autre. Je l’ai tourné après avoir l’avoir monté sur le mandrin d’une grosse perceuse.

Ce grand disque de bois de 60cm de diamètre supporte la fourche du télescope. Il s’appuie sur deux galets qui comportent chacun un roulement à rotule. Il est remarquable de constater que le bois du plateau ne s’écrase pas sur les galets et que ce dispositif a assuré pendant des années un mouvement en ascension droite très correct. Le principal inconvénient de cette solution est le poids, l’instrument pesait 99,5Kg en tout mais je le démontais en trois parties pour le déplacer (tube, plateau + fourche et socle).

Cet axe horaire était entraîné par un moteur de tourne-disque et les corrections d’entraînement étaient permises par un dispositif mécanique.

Le chercheur a un diamètre de 60mm, sa distance focale vaut 420mm. Il est réalisé à partir d'une longue vue de laquelle j’ai ôté le véhicule redresseur. Il est droit (il n'est pas coudé) ceci rend son emploi très agréable.

Je ne voyageais pas avec ce lourd télescope, je n’ai donc pas vraiment pu étudier avec lui les objets de faible luminosité puisque j’observais depuis Marseille. Je l'ai abandonné en 1977 après avoir fabriqué le télescope ALCOR.