Techniques d'astronome amateur
Titan en détails

Le chercheur de TITAN

J'ai réalisé le chercheur de TITAN avec un monoculaire 7x50. Au début des années 90, j'ai acheté cet accessoire qui ressemble à une demi-paire de jumelles pour 170 Francs. Depuis plusieurs années, on ne le trouve plus dans le commerce.

Sur la figure suivante, remarquez le viseur qui est fait avec une cornière en U en aluminium collée avec une colle époxy sur le corps du chercheur. Je l'apprécie beaucoup car après l'avoir aligné rapidement avec l'objet à observer, je trouve celui-ci dans le champ du monoculaire.

Notez aussi sur cette image, que l'alignement du chercheur avec le télescope se règle avec 2 vis seulement, et non pas 3 ou 6 comme on le voit beaucoup trop souvent. Ainsi, il est très facile de régler ce chercheur qui est plaqué contre les vis de réglage par un ressort.

Le chercheur de Titan

L'objectif du chercheur est chapeauté par un tube pare lumière qui contient un projecteur de réticule. Il s'agit d'un dispositif qui projette à l'infini vers l'intérieur du monoculaire une image pour indiquer le centre du champ. L'objectif de ce projecteur est une lentille simple de 33mm de focale récupérée dans le véhicule redresseur que j'ai ôté de la lunette qui compose le viseur polaire de TITAN. Le réticule est photographié sur un film TP2415. Le négatif ainsi réalisé est découpé et collé devant la LED rouge dont l'éclairage faible doit pouvoir être réglé afin perturber le moins possible l'observation du champ.

L'éclairage de ce réticule peut être éteint. A ce moment là, le champ du chercheur est entièrement libre pour l'observation. Ceci est très agréable quand on recherche un objet très faible.

Le projecteur de réticule est maintenu par deux bandes d'alu pliées en cylindre (pièces A et B) comme le montre l'illustration. Cette disposition souple permet un réglage de l'alignement du réticule sur l'axe du chercheur en faisant fléchir légèrement les pièces A et B. De plus, comme les pièces A et B présentent une silhouette circulaire, elles ne provoquent pas d'aigrettes de diffraction sur l'image du chercheur.

A l'extrémité libre, le diamètre extérieur du pare lumière est identique à celui de l'objectif du monoculaire. Ainsi, je peux utiliser le capuchon d'origine pour protéger l'objectif en dehors des périodes d'utilisation.

Notez aussi sur l'image suivante la fixation du ressort. La dernière spire de chaque extrémité est "refermée" sous la tête d'une vis.

Toutes les pièces intérieures en alu sont anodisées et teintes en noir. Le pare lumière n'est pas teint, seule sa surface intérieure est peinte en noir mat.

Projecteur de réticule du chercheur de Titan

La dernière figure montre le réticule que j'utilise. Le cercle délimite un champ de 1/2 degré, les marques délimitent un champ de 1 degré. Le dessin original a une envergure de 90mm, je l'ai photographié à 5,05 m avec un objectif de 50 mm de focale. Pour un autre chercheur, ces dernières valeurs sont à reconsidérer.

Je place l'objet à viser au centre du cercle. Ainsi, il n'est pas masqué par la (faible) luminosité du dessin ni par un trait (ou un fil) comme ce serait le cas avec un réticule classique.

Réticule du chercheur de Titan