Techniques d'astronome amateur
Télescopes en détails

Porte oculaire reverse Crayford :
roulements et tube coulissant

L'illustration ci-dessous détaille les pièces essentielles du porte oculaire reverse Crayford.

Porte oculaire reverse Crayford

La pièce de base maintient les roulements, elle est fixée sur le tube du télescope par trois vis M4 à tête fraisée qui ne sont pas représentées.

Les deux vis qui maintiennent la plaque inox permettent un réglage fin de la tension qui plaque le tube sur les roulements. Quand ce réglage délicat est effectué, les vis doivent être immobilisées par leur contre-écrou.

La plaque inox et la tige de commande doivent présenter un état de surface d'excellente qualité. En effet, la qualité du poli de ces pièces conditionne le confort d'utilisation de ce porte oculaire. Une mauvaise surface provoquerait une sensation désagréable au moment de la mise au point comme si on agissait sur un moulin à poivre...

Nous avons découpé la plaque inox dans une barre faite de ce métal qui est destinée à servir de porte-couteaux dans une cuisine. Je l'ai trouvée dans le rayon "couteaux de cuisine" d'une grande surface locale.

La tige de commande peut glisser de part et d'autre du socle du porte oculaire tel qu'il est présenté sur le dessin. Pour éviter cela, nous avons disposé sur cet axe une bague d'arrêt de chaque côté du socle, tout contre les roulements latéraux. Ces bagues ne sont pas illustrées. On peut se les procurer auprès d'un commerçant spécialisé en modélisme.

A son extrémité du côté intérieur, le tube comporte une gorge qui recevra un joint torique dont la section a un diamètre de 3mm. Ce joint torique assure le maintient du tube réducteur (et un dispositif semblable assure le maintien de l'oculaire dans le réducteur). Ce joint est réalisé à la dimension voulue avec un boudin de caoutchouc que certains appellent "joint torique au mètre" (section de 3mm). Il faut soigneusement couper la longueur voulue avec un cutter puis coller l'une sur l'autre les deux extrémités de ce segment avec une colle cyanoacrylate. Pour cela, il convient de maintenir l'une contre l'autre les deux extrémités du morceau de caoutchouc, bien face à face avec interposition d'une petite goutte de colle. Il faut les presser ainsi pendant une dizaine de secondes. Le joint peut ensuite être monté dans la gorge qui lui est attribuée.

Notez bien que le collage des extrémités n'est pas indispensable dans ce montage.

Si le joint n'assure pas un maintient assez ferme, on peut le remplacer par un joint réalisé avec un segment plus long. On peut aussi interposer un bout de ruban adhésif entre le fond de la gorge et le joint. Réalisé convenablement, ce dispositif permet de maintenir des pièces cylindriques sans excentricité sensible et avec une résistance suffisante.

Bien entendu, ce procédé à joint torique permet le démontage du réducteur ou de l'oculaire.

Le porte oculaire à friction : page d'accueil

Dispositif de freinage

Tubes réducteurs pour adapter les oculaires

Support d'appareil photo avec correcteur de champ

Support d'appareil photo avec lentille de Barlow

Bouchons pour le porte oculaire