Techniques d'astronome amateur
Télescopes en détails

Le porte oculaire à friction reverse Crayford

Porte oculaire Crayford width=100%>
	<div id=Principe du porte oculaire Crayford.

Le porte oculaire que nous avons employé sur tous nos télescopes jusqu'à ces dernières années était un modèle à cabestan. Il était très pratique pour l'observation visuelle ou la photographie argentique mais il est devenu inutilisable quand nous avons voulu réaliser des clichés avec un capteur électronique. En effet, dans ce cas, la rotation imposée par le porte oculaire à cabestan est inadmissible.

Un système "sans rotation" très employé aujourd'hui par les constructeurs amateurs est constitué par le porte oculaire Crayford dont la figure suivante illustre le principe.

Un porte oculaire Crayford est constitué par un tube centré sur l'axe optique et qui coulisse sur un ensemble de roulements à billes. La mise au point est effectuée par une tige de manoeuvre qui presse ce tube sur les roulements et qui l'entraîne par friction.

Nous ne pouvons pas employer la disposition habituelle du Crayford car elle a une "épaisseur" trop importante, c'est à dire qu'elle nécessite que le foyer soit très éloigné de la surface du tube du télescope. Or sur les télescopes de Newton que nous avons fabriqués, le foyer est seulement à une cinquantaine de millimètres de la surface du tube (nous disons que cette distance est "le dégagement du foyer").

Nous avons voulu que ce dégagement ait une faible valeur pour permettre un (relativement) grand champ de pleine lumière avec un (relativement) petit miroir secondaire.

Pour conserver cette disposition, nous avons donc conçu un porte oculaire à friction très compact, c'est le P.O.R.C. = Porte Oculaire Reverse Crayford.

Porte oculaire reverse Crayford
Notre porte oculaire reverse Crayford.

Dans un porte oculaire Crayford, la tige de manœuvre est située à l'opposé des roulements à billes alors que dans le "reverse Crayford" l'axe de commande est placé du même côté que les roulements. Il presse le tube sur ces roulements et il le fait coulisser par l'intermédiaire d'une bride constituée avec une plaque en inox polie.

Sur notre dispositif, la manœuvre de mise au point est très douce et cela signifie que le réglage devrait être instable. En effet, si nous n'avions pas prévu un système de freinage, le porte oculaire coulisserait jusqu'à sa butée sous la simple influence de son poids.

Notez que cet accessoire s'installe très facilement sur un tube de télescope à section carrée mais il semble être inadapté aux tubes ronds.

Extrémité du tube d'un télescope équipé d'un porte oculaire reverse Crayford
Extrémité du tube d'un télescope équipé de notre porte oculaire reverse Crayford.

L'image ci-contre présente l'extrémité du tube d'un télescope équipé de notre P.O.R.C. La mise au point est commandée par la molette placée à droite du tube (les gauchers pourront la placer de l'autre côté). Nous n'avons pas indiqué les détails de fabrication de cette molette sur les plans. En fait, pour remplir ce rôle, nous utilisons une roue de Mécano...

Le freinage du porte oculaire est commandé par une vis à tête cylindrique qui peut être manipulée à main nue, sans nécessiter une clé. Il peut être nécessaire d'intervenir sur ce réglage quand un coulissement du porte oculaire est spontanément provoqué par le poids de l'oculaire ou de l'appareil photo utilisé.

Remarquez aussi l'orifice rectangulaire qui est aménagé au dessus du porte oculaire. Il est nécessaire pour l'emploi d'un appareil photo tel que le Canon EOS350D. En effet, cet appareil présente un relief au dessus de l'objectif qui vient se placer dans ce trou lorsqu'on place sa surface sensible au foyer. C'est la faible valeur du dégagement du foyer sur nos instruments qui rend nécessaire cette ouverture.

Hormis sa tige de manœuvre et la plaque inox que nous avons évoquée, les pièces qui constituent le P.O.R.C. sont réalisées dans un alliage d'aluminium puis anodisées. Pour anodiser un élément en aluminium, il faut connaître la valeur de sa surface afin de pouvoir déterminer le courant électrique nécessaire. C'est pour cela que, sur chaque dessin d'une pièce du porte oculaire, j'ai indiqué la valeur de sa surface.

Le porte oculaire reverse Crayford : chemin de roulements et tube principal

Dipositif de freinage

Tubes réducteurs pour adapter les oculaires

Support d'appareil photo avec correcteur de champ

Support d'appareil photo avec lentille de Barlow

Bouchons pour le porte oculaire

Voici ci-dessous les premiers clichés que j'ai obtenus sur le télescope SIRIUS avec le P.O.R.C. sur lequel j'ai installé mon Canon EOS 350D avec le correcteur de champ (formule de ROSS).
La Lune le 26/07/2008
La Lune le 26/07/2008 à 5h41 civile au foyer du télescope SIRIUS avec correcteur de champ, pose de 1/125s.
Nébuleuse M57 dans la Lyre
Nébuleuse M57 dans la Lyre le 31/07/2008 à 0h civile au foyer du télescope SIRIUS avec correcteur de champ, 7 poses de 30s.